EN

Notre blog

Pour aller plus loin dans la découverte de nos projets

Notre blog

Pour aller plus loin dans la découverte de nos projets

Interlude Santé accompagne EMNO pour l’amélioration de la santé des patients souffrant d’obésité

Interlude Santé accompagne EMNO pour l’amélioration de la santé des patients souffrant d’obésité

En 2018, Interlude Santé a été sollicité par l’EMNO (Espace Médical Nutrition Obésité) de Dijon, porté par le Docteur Cyril Gauthier, pour l’accompagner sur son projet d’amélioration de la santé des patients souffrant d’obésité. Le projet EMNO est l’un des premiers projets autorisé « article 51* ».

Le projet EMNO

La Bourgogne-Franche-Comté fait partie des régions où le nombre de personnes souffrant d’obésité est particulièrement important. 

Le projet EMNO a pour objectif d’améliorer la santé et la qualité de vie des patients souffrant d’obésité grâce à un parcours de soins global et sans hospitalisation, complété par un dispositif éducatif dématérialisé. Les patients sont invités à suivre un véritable parcours interactif médico-éducatif basé sur un programme de soins personnalisé.

Cette prise en charge innovante a été autorisée « article 51* » au niveau national. 

EMNO_line, un parcours pédagogique pour les patients souffrant d’obésité

Interlude Santé a été sollicité pour conseiller et accompagner l’équipe d’EMNO dans la conception de la partie dématérialisée de la prise en charge des patients. Il s’agissait de concevoir une solution d’accompagnement pédagogique et interactive, à distance, permettant de rendre les patients acteurs de leur prise en charge.

Ainsi, Interlude Santé a développé un MOOC sous la forme d’un parcours pédagogique proposant au patient :

    • des modules interactifs par thématiques (les techniques chirurgicales, les premières semaines après la chirurgie, l’équilibre alimentaire et hydratation, tolérance alimentaire…) découpés en plusieurs ateliers, au sein desquels l’apprentissage se fait en 2 temps : une animation vidéo + un quizz ;
    • de s’auto-évaluer en répondant aux quizz afin de tester ses connaissances sur les différents sujets ;
    • d’échanger sur les forums en partageant des problèmes, des idées ou astuces ;
    • d’inviter son entourage à participer à sa démarche.

Cette solution pédagogique a été retenue pour ses nombreux avantages :

  • son accessibilité : le patient peut se connecter à n’importe quelle heure et depuis n’importe où, à condition d’avoir accès à internet ;
  • son adaptabilité : le patient peut avancer à son rythme, peut revoir des séquences non comprises… ;
  • son interactivité : via le forum le patient peut échanger avec d’autres patients, mais également avec des médecins et des aidants ;
  • son attractivité : les sessions d’apprentissages sont scénarisés et ludiques.

Ce dispositif évolutif permet également aux professionnels de santé d’avoir accès aux évaluations de modules éducatifs et d’orienter les entretiens en présentiel sur la base de ces évaluations, et ainsi proposer un véritable parcours personnalisé aux patients. 

*L’article 51, KESAKO ?

Considéré par la Ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, comme l’article le plus important de la loi de financement de la sécurité sociale de 2018 (LFSS 2018), l’article 51 introduit un dispositif visant à favoriser l’émergence d’expérimentations pour l’innovation dans le système de santé.

Un cadre expérimental pour répondre aux enjeux du système de santé

Vieillissement de la population, augmentation des maladies chroniques, cloisonnement des organisations et des financements, contraintes financières… de nombreux défis attendent notre système de santé français. C’est pour y répondre et le faire évoluer que l’article 51  a été introduit dans la LFSS 2018.

D’une durée maximale de 5 ans, ces expérimentations ont pour objectifs « d’encourager, d’accompagner et d’accélérer le déploiement d’organisations innovantes en santé et de nouveaux modes de financements afin d’inciter à la coopération entre les acteurs, notamment à travers des objectifs d’efficience, d’une meilleure prise en compte de la prévention et de la qualité des prises en charge ».

Véritable opportunité pour tester de nouvelles approches, ce dispositif offre la possibilité de déroger à de nombreuses dispositions législatives de financement et d’organisation.

Un champ vaste d’expérimentation

Le périmètre des expérimentations est large : secteurs sanitaires, médico-social, social et prévention. Néanmoins, chaque projet doit concourir à améliorer la pertinence et la qualité de la prise en charge, les parcours des usagers, via notamment une meilleure coordination des acteurs, l’efficience du système de santé et l’accès aux prises en charge.

Les critères de sélection des projets sont le caractère innovant, l’efficience et la reproductibilité.

Pour en savoir + :  https://buff.ly/2WjDSpn